Design de séminaire – Thibault Vignes

Coach et consultant avec qui je suis associé au sein de La Boétie Partners , Thibault (son profil LinkedIn) a le génie de la modalité d’animation qui donnera à un collectif son plein potentiel. Il sent les groupes et leur propose des modalités responsabilisantes, simples et puissantes avec le sens du dernier moment toujours ajusté. Thibault a développé une pratique très structurée, autour de la métaphore de la recette de cuisine qu’il présente très bien sur www.designdeseminaires.com et dans ses formations. J’avais déjà cette métaphore en tête depuis des années car un de mes clients m’avait dit un jour alors que je me plaignais de la piètre qualité d’un collège (je confesse, c’est mal) « le consulting c’est comme la cuisine il en faut pour tous les goûts et toutes les bourses, tout le monde ne veut pas du trois étoile ». Thibault a appliqué la modalité avec beaucoup de rigueur ce qui l’a conduit à créer des recettes qui permettent à tous de faire de la bonne cuisine et à lui de faire du 3 étoiles.

Je l’ai connu à la formation Elément Humain.

Les idées clefs que j’ai conservé dans ma pratique

J’ai appris beaucoup de choses en travaillant avec Thibault. Il m’a transmis beaucoup, insisté sur des points que je connaissais, je lui ai transmis à mon tour, nous avons inventé ensemble et j’espère bien que nous n’avons pas fini d’inventer. Celles qui me paraissent les plus importantes sont les suivantes :

  1. L’escalier : c’est un principe très simple de design de séminaires que je reprends ici avec mes mots : chaque séquence doit permettre aux participants de monter une marche, pas deux. Le séminaire est ainsi construit comme une suite de séquences qui progressent en difficulté. Cela peut paraître évident mais
  2. Skills building : Thibault prône, dans la suite des idées Lego Serious Play, et dans la même idée que l’escalier, de bien construire la compétence des participants avant de leur faire utiliser un outil. Cela m’a conduit par exemple à faire démarrer toute session de diagnostic utilisant un baromètre par un baromètre simple. Par exemple avant de faire un ERC, je propose aux gens de faire un baromètre sur la question « comment je me sens dans mon job ». Pendant des années j’ai tout de suite sauté à la question « quels sont mes enjeux » et j’avais un peu de mal à comprendre pourquoi les participants peinaient. C’est ainsi, chacun met ses résistances dans le dispositif, moi je veux aller trop vite.
  3. La non intervention : Thibault est très très fort pour faire travailler les participants seuls. C’était il y a quelques années à l’opposé de ma pratique car je leur fais faire des diagnostics et j’avais besoin d’être présents. Depuis j’ai découvert qu’on pouvait faire des diagnostics de plusieurs manières et j’adapte la modalité à la difficulté.
  4. Les bases camps : Thibault aime beaucoup cette modalité qui consiste à regrouper les participants par groupe de 4, fixe tout au long de la journée. J’ai repris cette modalité systématiquement avec les groupes de plus de 25, car les modalités d’inclusion sont trop longues à mettre en place sur ce type de groupes.

 

J’ai été formé au design de séminaire en 2016.

Ce que je n’achète pas

Rien.

Une difficulté que nous avons à résoudre ensemble : comment faire travailler un groupe sur des cadres de références où il peut manifestement se tromper (de le cas d’une disruption par exemple) tout en lui laissant la pleine responsabilité de ses décisions ?