Baromètrer les émotions

Le Baromètre est un ingrédient de base qui permet de color-coder les sentiments des participants. C’est un outil très puissant pour mieux comprendre une situation organisationnelle complexe. Il a été inventé lors de projets, c’est donc une heuristique au sens de Taleb, c’est à dire une pratique éprouvée par le temps, que l’on ne sait pas nécessairement expliquer, mais qui marche.

A quoi cela sert ?

Fondamentalement un baromètre sert à éclairer une situation organisationnelle, culturelle, projet ou managériale floue, embrumée, complexe. Il vise à expliciter les sentiments (feelings) des personnes présentes et suppose qu’un sens émergera de cette explicitation, ce qui est généralement le cas. Cela fonctionne très bien dans les organisations où les personnes n’osent pas ou ne peuvent pas exprimer leurs feelings : dans ce cas un baromètre crée une information riche et précieuse. Mais cela fonctionne aussi dans des équipes projets aguerries où se poser pour un baromètre permet de prendre conscience du sens de nos actions.

Heuristique : pour aider les gens à exprimer ce qu’ils n’osent pas dire, aidez les à color-coder leur feelings. N’essayez pas d’être trop précis, les feelings sont vagues tant qu’ils ne sont pas verbalisés.
​Ses principes sont décrits dans cette petite vidéo

Protocole

Son protocole gagne à être scrupuleusement respecté :

  1. Explication : Expliquer précisément la manière de coder les émotions.
  2. Choix de la question : En fonction du contexte choisir la question, l’idéal étant de la rédiger en direct avec les participants. La question commence par « Comment je me sens [par rapport à] … ». Par exemple « Comment je me sens dans mon job sur ce projet ? »
  3. Préparation en silence : Par rapport à cette question les participants choisissent une couleur correspondant à leur feeling selon le code couleur du baromètre. Ils choisissent un post-it de cette couleur et écrivent quelques mots pour expliquer ce feeling (qui ne se discutera pas)
  4. Restitution disciplinée : Lorsque tout le monde a terminé, chacun son tour vient coller son post-it en l’expliquant sans être interrompu. Une fois que la personne a terminé, seule les questions de compréhension sont possibles. Puis on passe à une autre personne.
  5. Synthèse : Lorsque tout le monde a parlé, l’animateur pose au groupe la questions qu’est-ce qu’on en tire ? Puis il aide à faire la synthèse. Il doit dire ce qu’il voit/entend (en restant très fidèle dans l’esprit de l’écoute Hi-Fi)

Quelques consignes utiles à donner au préalable :

  • Si vous hésitez entre deux couleurs choisissez le plus utile au groupe car il y a plus d’informations dans les extrêmes
  • Si vous avez du mal à choisir, ne réfléchissez pas : vous n’aurez pas besoin de vous justifier sur le choix de la couleur
  • Pas de débat sur les couleurs

 Sources